CEMAC: 23,1 milliards de Fcfa de bénéfices pour la Beac en 2011

Cameroon, Central Africa, Economy — By AfricaTimes on April 26, 2012 6:49 am

Révélation faite au terme de la dernière réunion du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale.

«Le résultat comptable de l’exercice 2011 s’annonce favorable, après le retour à l’équilibre de l’exercice 2010». Cette prévision contenue dans un communiqué rendu public par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) début 2011 s’est réalisée. Et de fort belle manière. En effet, selon le communiqué ayant sanctionné la réunion ordinaire du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac) tenue le 5 avril dernier à Paris en France, document que la banque centrale des Etats de la Cemac a posté sur son site internet le 9 avril dernier, l’année 2011 à la Beac s’est soldée «par un résultat bénéficiaire de 23,143 milliards de Fcfa, traduisant ainsi la poursuite du redressement de la gestion de la banque centrale».

Ce résultat est en hausse de pratiquement 300% par rapport à celui réalisé en 2010, année au terme de laquelle cette institution bancaire sous régionale avait clôturé son exercice avec un bénéfice de 7,9 milliards de Fcfa. La Beac sortait ainsi un tout petit peu la tête de l’eau après une année 2009 catastrophique, au cours de laquelle la banque centrale des Etats membres de la Cemac avait enregistré une perte sèche de 29,5 milliards de Fcfa en fin d’exercice, suite à de nombreux dysfonctionnements qui s’étaient fait jour au sein de la banque.

Ces dysfonctionnements au niveau de la gouvernance révélés par diverses affaires (détournements massifs au bureau de Paris, mauvais placements) avaient été à l’origine de mesures drastiques telles que la suspension des activités de la salle des marchés (principale source de revenues pour la Beac) après le placement foireux à la Société générale, qui avait fait perdre à la Beac 16 milliards de Fcfa en 2008. Depuis lors, outre le tsunami provoqué par ces mauvais résultats et ces affaires au plan managérial, avec notamment le limogeage du gouverneur gabonais Philibert Andzembe et la nomination en janvier 2010 de l’Equatoguinéen, Lucas Abaga Nchama ; la Beac est sous surveillance plus accrue.

Une surveillance rapprochée qui s’est traduite par le renforcement du contrôle interne et l’application stricte du code des marchés. Il faut également compter avec l’assainissement progressif de l’environnement de travail à travers la prise de mesures incitatives en faveur du personnel. C’est ainsi, par exemple, qu’après le résultat positif de 2010, le personnel avait renoué avec la prime allouée en cas de résultat positif, sur instruction du Comité ministériel de l’Umac. Ces petites attentions pour le personnel et, surtout, le retour à l’orthodoxie dans la gestion de cette banque centrale semblent bien porter des fruits.

in Mutations.

Tags: , ,

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

Leave a Comment